L’Istrie, témoin vivant d’une civilisation méditerranéenne

Photo : Motovum, village medieval perche sur une colline au coeur de l'Istrie.Presqu’île du nord de l’Adriatique, l’Istrie (Istra anciennement Histria en Latin), partagée entre les républiques de Croatie et de Slovénie (Ex-Yougoslavie), comptait 300 000 habitants en 1982 pour un peu plus de 3 000 kilomètres carrés. On distingue, au nord-est, l’Istrie blanche, calcaire, montagneuse, karstique et assez pauvre ; au centre, l’Istrie grise du flysch, pays de collines à l’agriculture déclinante ; au sud, l’Istrie rouge, plate-forme karstique à terra rossa où des gisements de bauxite sont exploités.
C’est un espace unique où l’Europe centrale rencontre la mer chaude de l’Adriatique.

L’influence méditerranéenne donne des hivers sans neige et des étés chauds, longs et ensoleillés. L’Istrie est considérée comme une des oasis les plus ensoleillés d’Europe, le lieu qui séduit, tout à la fois, par son charme cosmopolite, ses paysages pittoresques, ses villes médiévales perchées, et une côte exceptionnelle.

L’Istrie résume à elle seule la trilogie méditerranéenne: le froment, la vigne et l’olivier.
Mais pour l’essentiel, c’est le domaine de la vigne et de l’olivier par excellence.
La pêche artisanale au lamparo, elle aussi typiquement méditerranéenne et plus récemment, au coeur de l’Istrie, la récolte de truffes de qualité viennent compléter ces activités rurales traditionnelles.
Photo : Vieille ville de RovinjTerre d’Histoire, l’Istrie fut longtemps une concurrente acharnée à la suprématie de Venise, terre de tradition aussi à travers le lien créé entre la vie à l’intérieur des terres et celle du bord de mer. On devine ce lien à l’allure des villes, aux coutumes locales et à la gastronomie.
L’Istrie est la région la plus variée de la Croatie grâce à ses particularités naturelles, son riche patrimoine culturel et ses monuments, sa situation géographique qui offre au visiteur des paysages de rêve.
Un littoral encore peu gangrené par la spéculation foncière et le béton qui s’ensuit….
C’est dire qu’en Istrie, on vit du tourisme et pour le tourisme.
Heureusement peu touchée par la guerre qui opposa il y a 10 ans Serbes et Croates, l’Istrie développe une activité touristique intelligente où la qualité s’impose sur la quantité.

L’agro-tourisme repose sur une heureuse complémentarité gastronomique entre ressources de l’intérieur des terres (oliviers,vigne et truffe) et une pêche artisanale riche en poissons et fruits de mer de qualité.
De jolies maisons en pierres sèches, soigneusement restaurées tout en respectant l’aspect traditionnel, abritent des petits Hôtels de charme.
Accueil et confort raffiné s’associe à une gastronomie qui harmonise au mieux des productions agricoles de grande authenticité.
Là encore, les responsables du tourisme en Istrie on su convaincre les producteurs de privilégier la qualité à la quantité.
Les vins sont de très bonne tenue, aromatiques, blanc et rouges

Photo : Branche d'olivierL’Huile d’olive, produite en relative petite quantité est de loin une des meilleure du marché.
La récolte des olives se fait encore à la main afin de préserver au mieux la qualité des olives. La tradition l’emporte sur la productivité, gage de qualité !! On s’en réjouit.
Et pour en terminer avec le registre gastronomique, il y a la truffe blanche.

La truffe est issue d’un mycélium (appareil végétatif des champignons, constitué de fins filaments) qui vit en association avec les racines de chênes ou de noisetiers.
Il s’agit d’une véritable symbiose entre le champignon et l’arbre : celui-ci profite pour son développement de la présence du mycorhize qui fabrique divers produits comme des sucres, des vitamines et des hormones.
La meilleure et la plus appréciée des truffes est la truffe blanche d’Istrie .
Le record de la plus grosse truffe est détenu par Giancarlo Zigante, qui a trouvé le 2 novembre 1999, près de Livade, un petit village d’Istrie, un tubercule pesant 1,310 kg !

Photo : Rovinj, ville portuaire sur la côte occidentale de l'IstrieL’ Istrie est marquée d’un point de vue historique par le développement de petites villes et par le mélange de différentes traditions culturelles, entre la vie à l’intérieur des terres et celle du bord de mer.
Buzet, Pazin, Motovun, Žminj et Buje sont quelques unes des localités les plus peuplées de la partie continentale de l’Istrie.
Villes médiévales souvent perchées sur des collines, ces gros villages dominent un paysage rural que se partage l’olivier et le sarment de vigne.
On peut même y distinguer des plantations très récentes, signe d’une évidente vitalité et d’une tradition qui perdure.
L’exode rural s’est considérablement ralenti et on rencontre de nombreux jeunes autour de ces terres nouvellement plantées.

Il y a aussi ces villes côtières à l’ouest, Ravinj et Poula qui furent très longtemps en concurrence avec Venise.

Construite sur un éperon rocheux sur la côte Est de l’Istrie, Rovinj était une île avant d’être reliée au continent en 1763 par un pont.
La vieille ville de Rovinj témoigne du riche passé historique de la région. On peut y trouver des bâtiments allant de l’époque médiévale au baroque.
La cathédrale Sainte-Euphémie du VIIIe siècle remaniée en 1736 dans le style baroque se trouve au sommet de la ville.
Autrefois ville prospère grâce au commerce vénitien, Rovinj est aujourd’hui très centrée sur le tourisme.
Depuis toujours, Rovinj est également un centre de pêche, aujourd’hui en net déclin à cause du développement du tourisme. L’artisanat est omniprésent dans la vie de la ville.
La rue Grisia, dans la vieille ville, possède de nombreux restaurants et d’importants ateliers de peintres.
Cette jolie cité est un peu le raccourci historique de l’Istrie.
Un témoin vivant d’une civilisation méditerranéenne en continuel renouvellement.

Daniel RIFFET.
Géographe & photographe.

Voir le reportage complet :
L’Istrie, témoin vivant d’une civilisation méditerranéenne dans ma photothèque en ligne.

Thèmes : , , , ,

A lire aussi :

Vienne et ses cafés Viennois., Navigation autour du Spitzberg : Découverte du monde polaire arctique., Le Carrousel de la Police Montée du Canada (GRC)., Premier Noël à Saïgon., Tombouctou la Mystérieuse., Circuits au coeur du Mali., Bénares ou l’Inde éternelle., A la rencontre du tigre du Bengale….., Le passage du Cap Horn, Neige et chiens de traîneaux au Québec,

Comments are closed.