Neige et chiens de traîneaux au Québec

Photo : Chiens de traineaux en course a travers la foret du QuebecAu coeur du Massif des Appalaches, le Témiscouata est une région composée de grandes étendues boisées clairsemées de nombreux lacs et rivières aux eaux vives où la truite est souveraine.
Témiscouata veut dire « long et profond » en langue amérindienne car proche d’un des plus profond lac du Québec.
Cette jolie contrée, encore naturelle, fait frontière avec le Nouveau-Brunswick au Canada et avec l’État du Maine aux USA.
L’homme y est rare aujourd’hui.
Jadis des familles amérindiennes, des Mic-Macs et des Malécites, y vivaient paisiblement. Ces autochtones pratiquaient la trappe dont le produit était vendu aux rares « blancs » qui s’aventuraient dans cette région très éloignée des centres urbains situés le long du Saint-Laurent.
C’est aux abords de la commune « Lejeune » que les « Aventuriers de la Chasse Galerie » ont implantés leur élevage de chiens de traîneaux.

Photo : hiver canadienVincent et Goulimine ont construit leur chalet de bois au coeur d’une forêt de cèdres, d’Érables et de bouleaux. Maison et genre de vie rustique certes, en complète déconnexion d’avec nos habitudes citadines.
Ambiance chaleureuse: la chaleur du feu de bois qui se répand très vite dans la maison, mais aussi et surtout peut-être la chaleur de ces deux âmes pleine d’humanité et d’amour pour une nature qu’ils ont su apprivoiser.
C’est un genre de vie qu’ils aiment partager avec leurs hôtes en toute simplicité et authenticité.
Assez peu fréquenté par les touristes, cette région vit essentiellement de la récolte du sirop d’érable et de l’exploitation forestière.
Le Témiscouata c’est aussi le domaine du chien de traîneau.

7 heure du matin ce 20 mars 2008. Le soleil encore très endormi peine à se lever au milieu de ces nuées porteuses de neige.
Coup d’oeil au thermomètre : -16°C et avec du vent, cela peut descendre jusqu’à -19°C.
La neige est tombée toute la nuit. Les arbres plient sous le poids de cette « poudreuse » immaculée et les pistes difficiles à distinguer.
Une bonne odeur de café se répand dans la maison de bois. Réunis autour de la table, Vincent et Goulimine nous trace le programme de la journée.

Photo : sur les traces de James Oliver CurwoodAprès l’attelage des chiens de traîneaux, départ pour une journée de glisse à travers cette forêt d’érable toute embellie par cette belle neige toute fraîche.
Le moto-neige tracera la piste afin d’éviter aux chiens de trop s’enfoncer dans cette « poudreuse ».
Nous iront jusqu’au petit lac Squatec pour y bivouaquer dans un refuge en rondins et y passer la nuit.
Une course de 42 kilomètres pour la journée.

Photo : Belle tete de HuskyLes chiens, des huskys pour la plupart, trépignent de joie devant les préparatifs de l’attelage. Fidèles compagnons, très sociables, ils aiment courir et apprécient la compagnie de l’homme.

9H20, le thermomètre affiche encore -10°C. C’est un froid sec tout à fait supportable avec un bon équipement.
Le soleil sort de son engourdissement.
Ca y est, c’est parti. Les traîneaux crissent sur la neige fraîche et les chiens donnent tous leurs efforts avec un réel plaisir pour franchir la côte qui nous mène vers la forêt et ses pistes que l’on devine à peine.
Le silence est assourdissant. La nature est muette sous ce lourd manteau de neige. Les pétarades du moto-neige, loin devant nous sont à peine perceptibles. Nous fondons dans cette nature sauvage.
Les pieds calés solidement sur les patins du traîneau, prêts à appuyer sur le frein en cas de difficultés, nous sommes grisé à la fois par la vitesse et surtout par la beauté du spectacle qui s’offre à nos yeux.
Des pages entières du célèbre écrivain James-Oliver Curwood nous reviennent en mémoire : Kazan, Nomades du Nord
des pages qui nous ont fait rêver adolescent. Aujourd’hui ces rêves deviennent réalité !!

Nous arrêtons nos chiens afin qu’ils se reposent un peu. Les traîneaux sont lourds, chargés du matériel de bivouac.
Profitant de ces arrêts, nous avançons un peu à l’intérieur de la forêt… par endroits on distingue nettement des traces de lièvres des neiges et aussi des empruntes d’orignal. Signe que cette région sauvage est habitée par une faune abondante : chevreuil, marmotte, castor et coyote y vivent nombreux sans compter un grand nombre d’oiseaux.
Avec l’hiver et la neige, cette faune est discrète.

Photo : Chiens de traineaux en course sur une belle piste de la foret du CanadaVincent se lève et d’un puissant juron typiquement canadien « Tabernacle« , les chiens se relèvent et s’alignent devant les traîneaux prêts à repartir.
La course reprend à travers ces arbres magnifiques. Nous sommes sur une ligne de crête et dominons le lac entièrement gelé.
Bientôt 16 heure, nous arrivons au pied de la cabane qui nous servira de refuge pour la nuit. Faite de rondins équarris à la hache, elle respire la solidité. Confort spartiate qui s’intègre bien dans l’environnement.
On ramasse du bois mort autour de la cabane et très vite le feu crépite répandant une douce chaleur bienvenue par ce froid intense.
Vincent s’occupe des chiens : détachés des traîneaux, il les rassemble sous des arbres aux pieds desquels ils se feront un trou pour dormir, bien abrité du froid. Mais avant cela Vincent leur donne à manger : morceaux de viande sauvage au menu. Une telle course creuse les appétits…
Pendant ce temps Goulimine fait griller un poulet à l’extérieur du refuge.
Le soleil décline doucement et le froid sec se fait plus vif.
19H35. La nuit sombre est tombée et une myriade d’étoiles ponctuent la voûte céleste qui semble tout envelopper.
On devine l’immense surface du lac gelé. Cette nature vraie, loin du bruit du « monde moderne » et de ses mesquineries nous entraîne vers une rêverie quelque peu « philosophique » et « écologique« . Je respire avec la Terre… et je la sent respirer aussi.
Un longue nuit au sommeil réparateur devant tant d’émotions.
La journée a été magnifique…

Daniel RIFFET.
Géographe & photographe.

Voir le reportage complet :
Neige et chiens de traîneaux au Québec dans ma photothèque en ligne.

Thèmes : , ,

A lire aussi :

Vienne et ses cafés Viennois., Navigation autour du Spitzberg : Découverte du monde polaire arctique., Le Carrousel de la Police Montée du Canada (GRC)., Premier Noël à Saïgon., Tombouctou la Mystérieuse., Circuits au coeur du Mali., Bénares ou l’Inde éternelle., A la rencontre du tigre du Bengale….., Le passage du Cap Horn, L’Istrie, témoin vivant d’une civilisation méditerranéenne,

2 Responses to “Neige et chiens de traîneaux au Québec”

  1. Pharme177 Says:

    Very nice site!

  2. Gilles Laframboise (Canada) Says:

    Daniel, j’aime ton site web. J’ai hâte de voir tes photos des chevaux de la GRC à Ottawa prise cet été 2011. Au plaisir de te revoir.