Vienne et ses cafés Viennois.

Véritable institution, le café viennois est à Vienne ce que le « Bistrot » est à Paris.   

Beaucoup plus qu’un simple local où l’on prend un café, c’est plutôt un lieu de rencontre où les amis aiment à se retrouver. Véritable extension de la salle de séjour des viennois, le café est un lieu d’échange, de rendez-vous aussi. La légende nous dit que ces cafés seraient nés en 1683,  juste après le deuxième siège de Vienne par les Turcs. La ville regorgeait de sacs plein de grains de café abandonnés par les Ottomans en fuite après leur échec de la prise de la ville en 1683.

C’est alors qu’un officier polonais, Georg.Franz Kolschitzky, aurait demandéà son roi Jan Sobieski de lui donner ces sacs sans valeur en guise de rémunération pour ses services. C’est alors qu’il aurait ouvert le premier café à Vienne et serait ainsi devenu le fondateur de cette tradition viennoise. Toujours aussi populaires, ces cafés ont une grande importance pour la vie sociale des viennois. L’ambiance y est détendue et agréable. On peut y passer des heures en lisant la presse avec une seule tasse de café. En ces lieux on n’a jamais le sentiment d’être un intrus ni à devoir céder sa place même si on ne commande plus rien.

Le Café Sacher, situé dans le fameux hôtel Sacher, est mondialement connu. Avec le café, une part de « Sacher Torte » est obligatoire. C’est peut-être la tarte au chocolat la plus connue dans le monde.

  Café Sacher.

Le Café Central, créé en 1876 dans les bâtiments de l’ancienne bourse de Vienne, le palais Ferstel. Fréquenté dés son ouverture par des intellectuels, artistes, philosophes, hommes politiques, il y a toujours beaucoup de monde.

 Café Central.

Le Café Mozart, ouvert en 1794, juste après la mort du célèbre musicien, se trouve derrière l’Opéra de Vienne. Ambiance élégante avec une jolie terrasse.

Café Mozart.

 

Le Café Hawelke, situé au centre de Vienne est peut-être le café le plus connu de Vienne. On y rencontre artistes et hommes de lettres. Géré depuis 1939 par la famille Hawelke, ce lieu a une ambiance unique que l’on pourrait définir comme « feutrée ». Nombreux journaux à la disposition des consommateurs. Ce serait un peu le café « de Flore » à l’époque de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir.  

Café Hawelke.     Café Hawelke.

Café Hawelke.

                        DANIEL RIFFET, Photographe & Géographe.

Thèmes : , , , ,

A lire aussi :

Navigation autour du Spitzberg : Découverte du monde polaire arctique., Le Carrousel de la Police Montée du Canada (GRC)., Premier Noël à Saïgon., Tombouctou la Mystérieuse., Circuits au coeur du Mali., On parle de moi ! et de mon dernier livre : Vietnam…, L’art du voyage : Carnet de route & Carnet de voyage…,

Comments are closed.